Pourquoi et comment la croissance est notre arme de protection massive.

Quand il pleut des petits pains au chocolat, difficile de pourrir un pays. Quand tout le monde mange à sa faim, difficile à deux ou trois « pékins » de pousser en enfer, une nation, un peuple, un continent. On dit qu’il y a d’un côté les croyants, de l’autre les infidèles, mais la réalité c’est qu’il y a d’un côté la misère, de l’autre l’opulence, d’un côté, les pays sans eau, de l’autre, les pays de la soif. Fais pas ta moumoune, la #croissance. On passe le turbo.

[shareaholic app= »share_buttons » id= »7783758″]

Vous l’avez peut-être parfois remarqué : nous vivons dans un monde dangereux et en crise (Notamment dangereux, notamment en crise, mais ça compte, quand même). Face à lui, des enjeux de taille, tels que l’explosion démographique, le réchauffement climatique, la multiplication des conflits asymétriques. Dans ce contexte, une étincelle peut parfois mettre l’incendie à l’immeuble, non par la chaleur qu’elle provoque, après tout, deux trois morts sur le grand ordinateur du général, c’est à peu près le score que fait la grippe par minutes en basse saison, mais bien plutôt par la réaction des sociétés qui y sont confrontées. Or, s’il y a une chose comprise, admise, établie en Europe depuis la fin de la première guerre mondiale, c’est bien celle-ci : la guerre mondiale, It’s easy and it’s bad. Et surtout: It’s Bad.

Bad thing’s happens to good people because it’s funnyer?

Chacun est confronté à ses propres questions. Ma deuxième interrogation quant à moi, porte sur le réchauffement climatique et ses répercussions. S’il est établi que les causes de conflit, les motifs de dissension, les raisons de se chercher des poux, vont aller en augmentant de par la raréfaction des ressources, des territoires, des zones vitales, ou d’autres bonnes raisons qu’on affectionne depuis de la nuit des temps pour se souhaiter bien du bonheur, nous devons agir sur deux paramètres: la nécessité de s’entendre et le développement responsable. Les deux roues du carrosse pour passer la barre. Et I, et II, et III, Zé-ro. Ba, non. Hassan Cf, ça va pas être possible. Pour celle-ci, on a voulu se prémunir de la série.

Pour ce qui est du vivre ensemble, on a pas trouvé le médicament. Mais pour ce qui est du développement responsable, en tant qu’entrepreneur et en tant que citoyen, je le vois comme une bonne raison de lâcher de l’oseille. Un temps pour l’épargne, un temps pour la prudence, un temps pour être sur la défensive, un temps pour passer à l’offensive, un temps pour dépenser, un temps pour mettre du carburant dans la machine. Entrepreneur, j’investis, je recrute. Consommateur, je dépense, je me fais plaisir, je me lance, je plonge, je consomme. Un temps pour l’épargne, un temps pour lâcher les poneys, les gars.

Les sociétés visées sont stables et prospères? Ca s’est fait. Encore une que la CNIL aura pas. A propos: quand un cul de jatte rencontre un boiteux qu’est ce qu’ils se disent ? J’aimerai avoir ta jambe ou j’aimerai avoir ta bécane? Step by step, les petits loups. Pour le vivre ensemble, on verra plus tard. Perso, j’ai bon espoir. J’ai bon espoir. 

Crédit Photo : Ghosts of War Project by Jo Hedwig Teeuwisse

Pierre Catel - Concepteur rédacteur et gentil organisateur du collectif de créatifs freelance SPACE-MONKEY Création.

SPACE-MONKEY Création

Conception-rédaction, direction artistique, intégration... 5 créatifs freelance à votre service. 

Votre devis express

Besoin d'une prestation en création freelance ?

Souscrivez à notre newsletter!

Fields marked with an * are required

Explorer le blog

les articles
No Comments
 

Laissez votre grain de sel