Hydroponies : serres en surpression marine à Berlin

Comment nourrir une population passée de + 549 % en 2 siècles avec la même surface de terre et le même volume d’eau douce ? “joker” ? On a le droit, c’est pas interdit de donner sa langue au chat. Cependant, dans la série “ça reste jouable”, notons une innovation récente qui vaut son pesant de cacahuètes. Présentées cette année au salon Fruit Logistica de Berlin, les serres hydroponiques en surpression marine pourraient constituer une solution prometteuse, ambitieuse … et réalisable. 

Rappel du contexte

Nous avons mis 100 000 ans pour passer de 0,5 millions d’individus à 1,128 Milliards d’individus dans les années 1850. Depuis la population a connu un accroissement vertigineux. En 2018, nous sommes près de 7,125 milliards. Et ce n’est pas fini. Les démographes estiment que l’on va continuer à prendre cher. Leurs estimations médianes envisagent que nous serons dans les 9,20 milliards d’individus à batifoler sur la boule en 2020. (Ici on placera le petit shéma qui va bien).

Parallèlement, les terrains exploitables par l’agriculture et l’élevage sont arrivés à saturation, et les volumes d’eau douce “accessibles” restent les mêmes depuis la nuit des temps (Soient 2% des 5% de toute l’eau présente sur le globe; les 95% restants constituées d’eau marine et bêtement salée).

Bref, depuis la révolution industrielle et l’urbanisation qu’elle a rendu possible, l’humanité a connu un succès démographique qui pourrait aussi engendrer sa perte.

Ok, y’a pas l’feu au lac, le terre c’est grand, on a l’temps de voir venir ?

Pour l’option A, l’hécatombe, on a bien compris qu’on n’a toujours pas le médicament. Ça, c’est noté, le vivre ensemble, j’ai bon espoir.

Pour l’option B, en revanche, AB A, oui, très bon choix d’pitch :  on salue les artistes. A++. Beau travail. Good job. Ces nouvelles avancées technologiques qui proposent des techniques d’agriculture hors sol pouvant s’adapter en milieu urbain et capable d’exploiter l’eau saline, sont peut-être l’élément clé qui manquait pour nous sortir de la panade.

Make it look Nice.

On se prend à rêver de gratte-ciels verts qui parsèmeront nos futurs paysages. Tels des data-centers dont les serveurs et les racks seraient des sillons de salades, de manioc, d’algues et de blé, ces immeubles futuristes viendront-ils compléter nos capacités nourricières ?

Une chose est sûre, les premiers essais sont dans les tuyaux. La solution devant par nature s’acclimater dans nos villes, on ne peut que conseiller à leurs concepteurs de leur donner de l’allure et du style.

Pour inspiration : le pont aux arbres en pot de Paul de Ruiter à Amstelveen (près d’Amsterdam), la future tour en bois (plus haute que la tour Eiffel) de la société Sumitomo Forestry à Tokyo, ou encore les 2 tours végétalisées de l’architecte Stefano Boeri à Milan.
Autant de projets très esthétiques, dont l’esprit et les lignes pourraient inspirer la réalisation grandeur nature de ces champs hors-sols.

Parions que ces gratte-ciels pourraient constituer une solution capable de nous faire sortir par la grande porte et par le haut de la redoutable situation évoquée en introduction à cet article.

Lien de l’article :
Hydroponie, serres en surpression, l’agriculture du futur s’expose à Berlin : https://bit.ly/2lkkDFQ

PS/Plus la formule secrète du Coca-cola que je vous invite à recevoir en partageant votre grain de sel. Cadeau. Bonne rentrée.

Pierre Catel - Concepteur rédacteur et gentil organisateur du collectif de créatifs freelance SPACE-MONKEY Création.

SPACE-MONKEY Création

Conception-rédaction, direction artistique, intégration... 5 créatifs freelance à votre service. 

Votre devis express

Besoin d'une prestation en création freelance ?

Souscrivez à notre newsletter!

Explorer le blog

les articles
No Comments
 

Laissez votre grain de sel